De la vision à la réalisation

Pour éclairer l'horizon, conduire le changement, développer son centre de profit en harmonie avec les nouvelles cultures issues du Numérique
A partir de son expertise dans les médias et l"économie numérique, Hervé CHATEAUNEUF accompagne les directions générales d'entreprises de tous secteurs, comme les institutionnels, dans :

- leur réflexion stratégique,

- la conduite de la transformation,

- la refondation de leur culture et de leur modèle économique face à un environnement perpétuelle mutation.

 

Nos réponses :
Médias : Intégrer les nouveaux modèles, accroître son influence auprès des décideurs institutionnels, optimiser la chaine de valeur (fabrication, production, diffusion et promotion), identifier les décideurs et relais indispensables à la construiction des nouveaux relais de croissance
 

Economie Numérique : apporter des réponses pour accompagner les entreprises dans leur modèle économique et accroître leurs revenus, conforter les organisations publiques dans leur mission d'intérêt général

 

Hervé CHATEAUNEUF en compagnie de Jean Frédérick LEPERS (Ministère de l'Economie et des Finances) pendant le Festival de Cannes

Parcours

Hervé CHATEAUNEUF, lobbyiste en médias et communication, a un parcours professionnel dans la presse écrite, la radio, la télévision et l'Internet. Il a dirigé la Fédération des Industries du Cinéma, fédération professionnelle représentant les métiers techniques du secteur.

 

Titulaire d’un DEA de droit public et diplômé de Sciences-Po, juriste de formation Hervé CHATEAUNEUF a effectué tout son parcours professionnel dans l’univers des médias.


En 1984, il développe le service audiovisuel au Dauphiné Libéré, avant de participer à la création du réseau FUN RADIO. Il rejoint ensuite la CINQ où il prend en charge la création, le développement et la gestion des services interactifs de la chaîne, puis avec Pierre BELLEMARE la production de l’émission de téléachat de La CINQ.

 

Après un passage au POINT, il est nommé, en 1995, administrateur des filiales multimédia du FIGARO où il crée et édite le site Internet du journal.

 

En 2001, il rejoint le groupe VIVENDI UNIVERSAL d’abord comme Directeur Marketing de ALLO CINE, puis comme Directeur Général Adjoint de CANALNUMDIA, filiale en charge du développement des services interactifs de Groupe CANAL PLUS.

 

En 2005, il est nommé Délégué Général de la Fédération des Industries Techniques du Cinéma et de l'Audiovisuel qui rassemble les principales entreprises techniques employant plus de 10 000 salariés.

 

Aujourd'hui, il accompagne les chefs d'entreprises de l'audiovisuel dans le déploiement de leurs actions de lobbying auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer le cadre réglementaire et législatif national comme européen.


Sa connaissance des mécanismes financiers et des pôles de compétitivité lui permettent d'identifier les nouvelles activités et métiers issus du numérique afin d'apporter des relais de croissance aux entreprises.

 

 

Deux exemples de projets développés : 


Création d'un Trophée pour le Cinéma
Contexte : la filière du cinéma avait besoin d'une visibilité et d'une reconnaissance auprès des médias, des politiques et des intermittents
Enjeu : Mise en valeur des métiers techniques du cinéma
Actions : Conception d'une manifestation professionnelle des métiers du cinéma, proposition de s'adosser à une cérémonie pour créer un trophée technique spécifique en amont de la soirée générale diffusée en clair sur une chaîne cryptée
Résultats : 7 ème édition, présence des pouvoirs publics et du Ministre de la Culture, budget financé par l'Académie des Arts du Cinéma, facilitation de la mise en relation entre les intermittents et les entreprises
 
Certification sociale des entreprises techniques du cinéma et de l'audiovisuel
Contexte : pour répondre aux spécificités de la fabrication des oeuvres audiovisuelles, la filière technique du cinéma et de l'auidiovisuel doit pouvoir embaucher des intermittents comme le font les sociétés de production avec les intermittents artistiques
Enjeu : Condition de la viabilité même des activités des entreprises
Actions : Conception d'un label (dit "certification") paritaire (employeurs et salariés), construction des critères sociaux et leur respect permettant la délivrance de ce label (suivi de la législation du travail, prohibition de toutes formes de travail dissimulé et de toutes formes de discrimination, respect des règles paritairement définies dans le cadre des accords et textes conventionnels de la branche, suivi des normes et des recommandations de sécurité, utilisation du contrat à durée déterminée d'usage dans les règles légales et conventionnelles), lobbying pour la création d'une commission paritaire d'attribution du label
Résultats : Maintien de l'intermittence technique, 112 entreprises certifiées en quatre ans, les intermittents travaillant dans des entreprises non certifiées ne bénéficient pas de leur indemnisation par pôle Emploi 

Hervé CHATEAUNEUF en compagnie de Pierre William Glenn, Président de la Commission Supérieure Technique, pendant le Festival de Cannes

Hervé CHATEAUNEUF

06 18 39 10 11

Mail : herve.olivier.chateauneuf@gmail.com

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Hervé CHATEAUNEUF